Assurance-vie en unités de compte : suspension possible03/07/2017  



Depuis l'entrée en vigueur de la "loi Sapin 2" du 9 décembre 2016, les entreprises d'assurance ont la faculté de suspendre ou de restreindre les opérations sur ces types de contrat (rachats, arbitrages), lorsque les garanties sont constituées de parts ou d’actions d’un organisme de placement collectif (OPC) faisant lui-même l’objet d’une suspension ou d’un plafonnement temporaire de ses rachats (article L.131-4 du Code des assurances). Le texte précise les modalités d'application, à savoir la date d'effet de la mesure prise par l'entreprise d'assurance, la détermination du seuil fixé dans le cas d'une mesure de restriction et l'information qui doit être délivrée aux souscripteurs, adhérents et bénéficiaires des contrats.


 Autres articles sur le même sujet :
Comptes bancaires inactifs et assurance-vie en déshérence mieux encadrés

Un décret d'application de la loi du 13 juin 2014 relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d'assurance vie en déshérence a été publié dimanche au Journal officiel.

Bilan de l'assurance vie en 2015

Comme prévu, les rendements servis en 2015 pour les contrats d'assurance vie n'ont pas été excellents.

Un décret prévoit la suspension du contrat du crédit renouvelable

Le décret détermine les délais et conditions d'application des mesures de suspension aux contrats de crédit renouvelable.

Du nouveau pour l’assurance vie

L'assurance vie a donné lieu à quelques nouveautés réglementaires, fin 2015. Ficovi, loi sur l'adaptation de la société au vieillissement ou décret de la loi Macron : la mise en application pourra être établie en 2016.

La loi Macron assouplit l’assurance-vie

L'article 137 de la Loi Macron assouplit effectivement le droit d'option permettant d'obtenir, lors du dénouement d'un contrat en unités de compte, le règlement en titres ou parts de sociétés (article L.131-1 du Code des assurances).

Les sociétés d'assurance-vie vont devoir déclarer plus

Les sociétés d'assurance-vie, les institutions de prévoyance et les mutuelles vont être soumises à de nouvelles obligations déclaratives à compter du 1er janvier 2016.