Les trois principaux risques qui guettent les investisseurs en 201703/07/2017  



Dix ans après le début de la crise financière dite des "subprime", qui a déclenché une vague de régulation, l'élection de Donald Trump à la tête des Etats-Unis et ses projets de dérégulation, combinés au vote du Brexit au Royaume-Uni, pourraient "accroître le risque de concurrence réglementaire" et affaiblir les progrès réalisés, selon l'AMF. Cette crainte que "les marchés ne semblent pas avoir intégré dans les cours" est alimentée par les projets de dérégulation financière de l'administration Trump d'une part et le risque d'une compétition entre places financières pour "attirer les activités financières" à la suite du Brexit d'autre part. Autre point préoccupant pour la stabilité financière: le "risque d'une correction brutale sur les marchés" où les valorisations "historiquement élevées pour plusieurs indices" boursiers et la volatilité semblent être déconnectées de la macroéconomie et de la géopolitique. "On ne comprend pas bien la hausse des valorisations actions", a reconnu le chef économiste de l'AMF, Stéphane Gallon, au cours d'une conférence de présentation de la cartographie des risques publiée lundi par le gendarme boursier. Quant à l'endettement des sociétés françaises non financières qui est passé en 10 ans de 50% à 70% du produit intérieur brut (PIB) -- "une exception en Europe""--, il pourrait se traduire par des "problèmes de solvabilité" en cas de remontée des taux ou de "choc sur l'économie", prévient l'AMF qui s'interroge aussi sur l'utilité de cet endettement qui peine à se traduire en investissements. Une hausse trop rapide des taux d'intérêt longs rendrait aussi le coût de la dette "insoutenable" pour certains pays émergents, souligne l'institution. Enfin, le risque de cyber-attaques pourrait encore s'accroître du fait des tensions géo-politiques fortes dans plusieurs régions du monde.


 Autres articles sur le même sujet :
Ces entreprises qui chouchoutent leurs actionnaires individuels

L’Autorité des marchés financiers (AMF) publie un état des lieux des pratiques en matière de stratégie et communication actionnariale des sociétés cotées.

Bourse : les courtiers trois fois moins chers que les banques

L’Autorité des Marchés Financiers (AMF) a passé en revue les frais moyens appliqués aux investissements en actions pour les épargnants qui investissent en direct.

Portrait-robot de l’actionnaire individuel

L’AMF, l’Autorité des marchés financiers, a publié le 19 février sur son site Internet un portrait, sous forme d’infographie, de l’actionnaire individuel.

Bourse : 2016 dans la lignée de 2015 ?

2015 fut une année compliquée sur les marchés financiers et l’allocation d’actif en général avec une volatilité en hausse sur les principales classes d’actifs (actions, taux et devises) et des divergences (monétaires, croissances, valorisations) qui se sont creusées. 2016 ne devrait pas être très différente.

Taxe sur les transactions financières

La loi de finances 2017 prévoit un relèvement du taux de la taxe sur les transactions financières.

Des rendements appétissants

Depuis les années 2000, l’immobilier pour les grands investisseurs européens constitue 3 % à 8 %, en moyenne, de leur allocation globale. Depuis la dernière crise, en 2008, les commerces, pour les grands investisseurs institutionnels, sont devenus une allocation de choix et la concurrence pour ces produits n’a fait que s’accroître partout en Europe. Quelques faits stylisés pour comprendre le marché européen.