Un nouveau diagnostic pour les locations03/07/2017  



Depuis le 1er juillet, les bailleurs doivent fournir à leurs locataires un audit des installations de gaz et d'électricité. Cela porte, pour l’instant, sur les immeubles antérieurs à 1975, mais s’appliquera à tous les baux sans exception dès janvier 2018. Ces diagnostics seront valables six ans, contre trois dans le cas d’une vente. Ils devront être réalisés par un diagnostiqueur accrédité. Les diagnostics concernent à la fois les parties privatives du logement mais également ses dépendances et sont à réaliser dans tous les logements comportant une installation intérieure de gaz en fonctionnement, qui date de plus de 15 ans ou dont le dernier certificat de conformité date de plus de 15 ans.


 Autres articles sur le même sujet :
Pas d’aides pour les logements indécents

Un décret du 18 février 2015 empêche désormais les propriétaires proposant à la location des logements indécents de toucher les allocations logement.

Taxe Apparu : Hausse des loyers de référence

La taxe « Apparu » sur les micro-logements a vu son loyer de référence, pour l’année 2015, fixé à 41,61€ le mètre carré de surface habitable.

Des nouveaux contrats pour vos locations

Le décret, prévu par la loi Alur, portant sur les contrats types de location de logement à usage de résidence principale, vient d’être publié au Journal Officiel.

La loi Macron réduit le délai de préavis pour les locataires en zone tendue

Les locataires d'un logement loué vide et situé en zone tendue, souhaitant quitter leur appartement en donnant congé à leur bailleur, peuvent désormais bénéficier d’un préavis réduit à un mois, quelle que soit la date de signature du bail.

Quels justificatifs pour louer un bien ?

Un décret fixe désormais la liste des justificatifs demandés par le bailleur.

Comment prouver que l’on est titulaire d’un bail ?

Verser de l'argent au propriétaire de son logement ne prouve pas que l'on soit vraiment titulaire d'un bail et que l'on ait le droit de se maintenir dans les lieux. Si un bail peut être consenti verbalement par le propriétaire, encore faut-il qu'un certain nombre d'indices sérieux permettent de prouver qu'il existe bien, selon un arrêt récent de la Cour de cassation.